Stephen King - The Colorado Kid

Publié le par Bing

"(...) sometimes a thing happens, like two high school kids on their mornin run finding a dead body on the town’s prettiest beach, and you say to yourself, ‘There must be a story in that.’ Not just reporting—what, why, when, where, and how, but a story—and then you discover there just isn’t. That it’s only a bunch of unconnected facts surrounding a true unexplained mystery. And that, dear, is what folks don’t want. It upsets em. It’s too many waves. It makes em seasick."

200px-Coloradokid pb

"The world is full of Colorado Kids"

Officiellement, il est dit de Haven que c'est une série tirée du livre de Stephen King intitulé The Colorado Kid, elle se passerait bien des années après ce mystère. Les créateurs peuvent se tromper eux-mêmes, ou bien ceux qui n'auraient pas lu le livre, mais en réalité la série n'a rien à voir avec le roman.

Et comment pourrait-elle, quand il n'y a techniquement aucune histoire dans ce court, très court roman de Stephen King? A part quelques détails piochés dans Colorado Kid (les vieux journalistes, les mystères, le restaurant, l'île...), Haven est une histoire tout à fait différente.

Dans la forme, c'est du King classique et indémodable. Une écriture fluide et agréable qui nous transporte sans que l'on s'aperçoive d'un bout à l'autre de l'histoire. Les personnages sont sympathiques et prennent vie instantanément devant nos yeux.

C'est dans le fond que ça coince. J'ai éprouvé ici les mêmes difficultés que dans certaines de ses nouvelles. Où Stephen King a-t-il voulu en venir? Je garde un sentiment inexplicable d'inachevé alors que la dernière page a bel et bien été tournée et que l'auteur lui-même confirme que tout a été dit à propos du Colorado Kid.
Cette histoire mériterait très certainement d'être beaucoup plus longue qu'elle ne l'est. Approfondir les détails et les personnages, et pourquoi pas donner au lecteur une fin un peu moins bâclée. Stephen King compare une courte nouvelle à un baiser donné par un inconnu dans le noir ("[...] a short story is like a kiss in the dark from a stranger."), et en l'occurrence j'aurais aimé en savoir davantage sur cet individu mystère.

J'ai bien le sentiment d'être un peu dur avec mon auteur favori, et je suis le premier à dire que le plaisir réside dans le voyage et non pas dans la destination, mais ici le voyage fut assez court et rempli de virages à avoir un peu mal au cœur.

Malgré tout, la petite note finale et explicative de Stephen King est à lire absolument. Comme à son habitude, King prend le lecteur à part et lui explique l'origine et la genèse de ce mini-roman. Il prend le lecteur par la main et l'aide à trouver une nouvelle signification à ce qu'il vient de lire. Et en regardant en arrière, c'est au final une histoire très bien ficelée où tout est dit. Il faut savoir laisser à la vie une part de mystère qui fait tout son charme.
"Sometimes wanting might be better than knowing."

Au final The Colorado Kid y gagne une étoile de plus que sa note originale. Well played Steve, well played indeed.

Le livre m'a même donné envie de donner une troisième chance à la série Haven, juste pour voir si les références au roman ne sont pas plus nombreuses que je ne le pensais.

Publié dans Stephen King

Commenter cet article