Fred Vargas - Un Lieu Incertain

Publié le par Bing

http://img223.imageshack.us/img223/1483/ulix.jpg


Quatrième de couverture

"- Bien, dit Clyde-Fox en se rechaussant. Sale histoire. Faites votre job. Radstock, allez voir ça. C'est un tas de vieilles chaussures posées sur le trottoir. Préparez votre âme. Il y en a une vingtaine peut-être, vous ne pouvez pas les manquer.
- Ca n'est pas mon job, Clyde-Fox.
- Bien sûr que si. Elles sont alignées avec soin, les pointes dirigées vers le cimetière. Je vous parle évidemment de la vieille grille principale.
- Le vieux cimetière est surveillé la nuit. Fermé pour les hommes et pour les chaussures des hommes.
- Eh bien elles veulent entrer tout de même, et toute leur attitude est très déplaisante. Allez les regarder, faites votre job.
- Clyde-Fox, je me fous que vos vieilles chaussures veuillent entrer là-dedans.
- Vous avez tort, Radstock. Parce qu'il y a les pieds dedans.
Il y eut un silence, une onde de choc désagréable. Une petite plainte sortit de la gorge d'Estalère, Danglard serra les bras. Adamsberg arrêta sa marche et leva la tête."



Avis Personnel
C'est donc le premier Vargas que j'ai lu. Heureusement ses romans peuvent être lus dans n'importe quel ordre, du moins ceux mettant en scène l'équipe d'Adamsberg. Et j'ai pu noter au fil de la lecture des allusions à des précédents romans, qui ont été mes futures lectures. Et c'est assez drôle de lire tout ça à l'envers finalement, on peut petit à petit dénouer comment se sont 'nouées' les relations entre les personnages.

Donc c'est à ce jour le dernier Vargas sorti, et comme toujours très réussi. Toujours ce point de départ pour l'enquête: un évènement insolite, et parfois totalement innocent d'apparence. Quoi que là c'est loin d'être un départ innocent il faut avouer. Et petit à petit l'inspecteur remonte jusqu'à la source du problème.

Et pour le coup le problème est encore trempé de surnaturel, car après le thème de Loup-Garou dans L'Homme à l'envers, c'est au tour du Vampire d'être étudié. J'avoue que c'est à cause de ça que j'ai été attiré par ce roman. J'avais relu pour la énième fois Dracula de Bram Stoker, et pour le coup je ne pouvais pas passer à côté de ça. Et je n'ai pas été déçu, car même si on peut y lire des informations connues quand on s'intéresse d'un peu de près au sujet des Vampires, on peut être surpris de la façon dont tout ça est abordé. Ici d'ailleurs on découvre la genèse du mythe, à travers de faits divers et d'histoires vraies que je ne connaissais pas.
Et parfois j'ai eu des petits frissons, mais sans plus, car le suspense ne se ressent pas par la peur dans ce roman. Du moins je l'ai perçu comme cela.

Et comme à l'habitude de l'auteur, tous les personnages sont soignés, même les secondaires qui prennent aussi facilement vie dans la tête qu'Adamsberg ou Danglard.

Petit bémol cependant, ça serait le dénouement, qui arrive un peu trop vite, comme une impression fugace que l'auteur, n'ayant plus rien à dire, ait voulu terminer son roman là tout de suite. C'est d'ailleurs une impression que j'ai à pratiquement tous ses romans, mais qui ne gâche pas du tout la lecture, mais il faut bien trouver des défauts.

Publié dans Fred Vargas

Commenter cet article