Bag of Bones (double d'os)

Publié le par Bing

Double d'os - Double dose (jeu de mots, mouaha), parce qu'en cadeau bonux vous aurez la critique de la série télévisée qui a été diffusée en 2011, celle avec Pierce Brosnan. Enjoy, c'est Naël!

sac_d_os.jpg"Last night I dreamt I went to Manderley again..."

Michael Noonan, romancier, vient de perdre sa femme et il n'écrit plus, blocage. Ce roman est en quelque sorte son journal où il raconte sa quête pour retrouver à tout prix son talent d'écrivain. Il va retourner dans la maison au bord du lac que Jo aimait tant et ce faisant va remuer beaucoup plus de fantômes du passé qu'il ne l'aurait cru.

La quatrième de couverture n'a pas menti en faisant de ce roman l'un des plus ambitieux et le plus fort de Stephen King. Lui-même qualifie son roman d'"histoire d'amour hantée", et c'est exactement ça. Et qui mieux qu'un écrivain pour ressentir et coucher sur le papier les craintes et les peurs d'un écrivain? Grâce à "Ecriture" on arrive plus ou moins à voir en Michael Noonan des bribes de son créateur.

Sac d'os est une histoire de fantômes, mais aussi et avant tout une histoire d'amour, et un pas en avant vers la guérison. Une histoire de fantômes où la vraie menace n'est pas là où on l'attend, où le cœur des hommes peut être bien trop vite perverti et corrompu.
Jusqu'ici j'ai dévoré et adoré tout ses romans qui me sont tombés sous la main, mais celui-ci est l'un des rares (avec Cujo et La petite fille qui aimait Tom Gordon) qui m'ait fait vraiment peur dans certains de ses passages. Et pour les plus sensibles il y aura aussi certainement quelques yeux qui piquent.

Bref, si vous aimez Stephen King et que vous hésitiez quand même un peu sur celui-ci comme j'hésitais au départ, n'hésitez plus, vraiment. Il est aussi rempli de petites références, directes ou non, à d'autres de ces œuvres (de tête Bazaar, Cellulaire et La Tour Sombre mais il doit y en avoir d'autres que je n'ai pas encore lus), et c'est toujours marrant de les trouver. Notamment le chiffre 19, qui a toute son importance encore une fois.

 

bag-of-bones-image-1.jpgLie still, bag of bones

J'ai vraiment envie de mettre une bonne note, vraiment. J'ai mis trop d'espoirs dans cette série depuis que j'ai appris qu'ils en faisaient l'adaptation télévisuelle. En deux parties en plus! J'avais dévoré et adoré le bouquin, pour moi c'était évident, j'allais revivre ces moments d'émotion devant la série.

Et effectivement, j'ai eu mes moments d'émotions, mais uniquement du à mes souvenirs du livre, par anticipation. Ce qu'il se passait devant mes yeux? Non, j'étais plutôt neutre à ce sujet.
Attention, la série a beaucoup de bon côtés. Le casting par exemple: les acteurs sont très convaincants, avec un gros big up pour Anika Noni Rose qui joue Sarah Tidwell, belle performance d'actrice et ses moments sur scène sont superbes.
L'image est très belle aussi, de jolis plans, décors, tout ça, rien à dire là dessus. Il y a aussi deux ou trois références à d'autres univers du King (Annie Wilkes, "slipped", l'acteur qui jouait Trashcan-man dans le Fléau) toujours sympa à noter. En parlant de références, Stephen King n'a pas fait de cameo cette fois, ou je l'aurais pas vu? Dommage.

Là où la série perd des points c'est dans l'adaptation. La forme est parfaite, mais le fond pèche de tous les côtés. Mon dieu, on a pas du lire le même livre Mick Garris et moi. Sérieusement Mick, il faut que tu arrêtes de poignarder Stephen King dans le dos comme ça, surtout sur ses meilleurs bouquins. D'abord The Stand et maintenant Bag of Bones? Aîe aïe aïe! J'ai pas encore fini ta version de Shining mais pour l'instant elle me laisse elle aussi perplexe...

Mick, tu changes trop de détails, et des détails importants dans l'intrigue du livre! Ce qui fait qu'on se retrouve avec une histoire tout à fait différente. Et même les petits détails ont leur importance: la mort de Jo par exemple. Non, pas de bus! Non, pas de Mike qui l'accompagne dans son dernier souffle! Elle meurt d'un anévrisme et il n'a pas pu être à ses côtés. Un petit détail qui change tout, l'effet papillon. Et j'ai sans doute zappé le passage dans le livre où le père de Kyra essaye de la tuer et se fait alors descendre par Mattie (bullcrap!) Tout au long de la série c'est comme ça (ici un article avec une liste assez précise sur les différences livre/série). Au final tu as réécrit l'histoire, Mick. Tu t'es pris pour qui? Jake Epping?

Si on reparle encore du casting, aussi doué et intéressant qu'il soit, tu as donné 10 ans de plus à tout le monde. J'aime Melissa George, mais elle a 35 ans! Mattie est censée n'avoir qu'à peine 20 et des poussières. Et j'ai pas souvenir d'avoir lu une Kyra aussi grande, même si la petite s'en sort très bien dans son rôle, Kyra a trois ans, pas sept...
Quant à Pierce Brosnan, je suis mitigé. Autant j'avais peur de le voir incarner Mike Noonan, autant le fait qu'il ait un peu vieilli le rend presque parfait pour le rôle. Un peu moins "James Bond" et un peu plus de rides.

Au final, sans doute aurait-il mieux fallu rallonger la durée de la série, plusieurs épisodes supplémentaires peut-être, une mini-saison de 6 à 13 épisodes comme le font si bien les anglais. Ça t'aurait donné le temps de traiter tous les aspects du livre sans en changer autant son essence et d'oublier autant de détails, Mick. Tout va trop vite, je comprendrais comment quelqu'un qui n'a pas lu le livre pourrait se sentir un peu perdu, et je comprends encore plus comment quelqu'un qui l'a lu se sentira trahi comme je l'ai un peu été moi-même.

Mais au final je ne t'en veux pas, c'était pas non plus vraiment mauvais et je ne regrette pas de l'avoir vu, alors je vais être magnanime, comme avec ton Fléau. Mais si tu me proposes une cigarette, ou que tu me dis "Alors, heureux", je risque fort de ne pas te filer mon numéro.

Une parenthèse pour les fans du bouquin, et plus généralement de Stephen King, un site génial a été lancé pour la promotion de la série avec des mises en scènes des personnages sous la forme de sets de photos. Chaque photo contient au moins une bonne dizaine de références à l'œuvre de Stephen King, du Nozz-a-la à la Tour Sombre, tout y passe! Un vrai bonheur pour tout Constant Reader qui se respecte!
Ça se passe ici: http://darkscorestories.com/

Tl;Dr: Lisez le livre. Don't judge a book by its TV show.

Publié dans Stephen King

Commenter cet article